Page d'accueil

BAESHI BANG : OLD SCHOOL K POP REVISITED

Baeshi Bang (prononcer Béchi Bang) est un quintet atypique qui propose une relecture exclusive du répertoire de Bae Ho, célèbre chanteur coréen des années soixante.

Il s'agit du nouveau projet initié par le saxophoniste Etienne de la Sayette, qui après avoir créé et emmené divers groupes (Akalé Wubé, Frix, Gulab Ja Moun, Human Beings...) est tombé amoureux d'un chanteur totalement inconnu en France, mais dont la musique est un métissage parfait entre le son chiadé des grands orchestres de variété européens des années soixante, et l'âme coréenne portée par des mélodies typiques. Pour mettre en forme ce projet Etienne a convié le corniste Victor Michaud pour partager le travail de recherche et d'arrangement. Le choix de créer un groupe exclusivement dédié à ce répertoire improbable s'est fait pour différentes raisons. La première est la qualité musicale évidente des chansons de Bae Ho, et le plaisir que prennent les musiciens à les jouer et à les faire découvrir au public. La seconde, le goût du challenge : confronter le public à un repertoire qu'il ignore et, au delà du prétexte exotique, emporter son adhésion par la qualité intrinsèque des arrangements et des musiciens. Enfin, il s'agit de mettre à l'épreuve la créativité du groupe, qui partant d'un répertoire très contraignant peut faire feu de tout bois, emmener en toute liberté la musique dans les directions les plus diverses. Ainsi invoqué, l'esprit de Bae Ho s'incarne dans un cocktail de jazz vintage, easy listening, free planant, impressionisme frisellien, chinoiseries de pacotille et déflagrations zorniennes.

BAE HO ?

Né en 1942, Bae Ho commence très jeune une carrière de musicien comme batteur. Il se met à chanter au début des années soixante et obtient très vite un succès phénoménal. Il enregistre plus de trois cent chansons, joue dans des films. Il devient la grande star de la chanson coréenne. Il ne compose ni n'écrit ses textes mais une équipe de compositeurs, arrangeurs et paroliers travaillent pour lui et créent au final un style nouveau et unique, influencé par la chanson traditionelle coréeene, le Enka japonais et les grands orchestres de variétée occidentaux. Ses chansons deviennent l'expression d'une culture populaire de qualité et marquent les prémices de la "sono mondiale" qui mixe dans son grand chaudron les sons traditionnels aux grooves occidentaux. Bae Ho meurt d'une néphrite en 1971, à l'âge de 29 ans. Orphelin, célibataire, fauché dans la fleur de l'âge, il a tout pour devenir une icône populaire. Mais la Corée de "Gangnam Style" souffre parfois d'amnésie culturelle et, étonnamment, les chanteurs d'autrefois ont disparu des mémoires. Aujourd'hui il n'y a guère que les anciens pour se remémorer "Nuga Ulo", "Tang Shin" et autres grands tubes du chanteur. La chaine de télévision coréenne KBS1 a récemment diffusé un documentaire sur Bae Ho, la star oubliée, dans lequel Etienne s'explique longuement sur le projet "Baeshi Bang".

Line Up :

Etienne de la Sayette : tenor saxophone, flute, clavioline, kayageum
Victor Michaud : cor, orgue électronique
François Chesnel : piano
Loïc Réchard : guitar
Stefano Lucchini : drums
Olivier Garouste : live video